top of page
  • thpaque

Epicondylite du coude

1. Quels sont les meilleurs traitement?

* Adaptation du plan de travail: ordinateur, souris, siège ect... dès que possible et dans les limites du possible.


* soigner le geste sportif: ce jeune homme développera un tennis elbow s’il continue à jouer en faisant autant d’erreurs.



* MTP: massage transversal profond réalisé au cabinet qui vise à accélérer la guérison du ou des tendons touchés.


* Onde magnétique pulsé réalisé au cabinet


* port d'une attelle au poignet pour déchargé les tendons en journée et ou nocturne. Jamais d'attelle au coude! ne sert à rien.







* PRP: injection de plasma riche en plaquette si rebelle, le top du top.


* DN: dry needling éventuellement sur les triggers points


*: Fenestration percutanée (ténotomie): consiste à perforée le tendon atteint avec une aiguille de petit calibre sous guidage échographique pour induire une lésion aigue et induire un phénomène inflammatoire qui favorisera une guérison naturel du tendon.


* onde de choc?? bof!


* opération chirurgicale si rebelle > 6 mois


La guérison prend du temps! soyez patient.

Toujours écarter une névralgie cervico brachial et autres irradiations cervicales.


2. Information sur la tendinite


L’épicondylite est une tendinite Une tendinite est une inflammation causée par une ou plusieurs petites déchirures au sein d’un tendon (entre le muscle et l’os). Comment mettre en évidence une tendinite ? 1. Il faut que ce que raconte le patient (anamnèse) fasse penser à une tendinite (ex. : « J’ai bricolé tout le WE alors que je n’en ai pas l’habitude et ce lundi j’ai très mal au coude ») 2. Il faut que les douleurs ne soient pas reproduites par les tests articulaires ou ligamentaires. 3. Il faut que les douleurs ne soient pas reproduites par les tests de la colonne (sinon, il s’agit de douleurs projetées) 4. Il faut que la mise en tension active du muscle (donc du tendon) soit faite sans mouvement articulaire (le patient contracte le muscle pendant que le praticien bloque l’articulation).

ENFIN, il faut que le praticien ne touche la zone suspecte de causer la douleur qu’à la fin de l’examen clinique (autrement dit : après tous les tests articulaires, de la colonne, des ligaments, des muscles, etc.) pour confirmer ou infirmer l’hypothèse tendineuse. Il faut aussi que le praticien palpe tous les sites anatomiques (Ex. : quatre localisations possible pour le tennis elbow – épicondylite)



TENDINITE : SOIGNER ET PRÉVENIR SOIGNER : chaque localisation de tendinite nécessite une prise une charge particulière (Ex. : le tennis elbow doit d’abord être traité par massage transversal profond alors que la tendinite de De Quervain doit d’abord être infiltrée).

PRÉVENIR : la compréhension du geste traumatisant représente plus de 50 % du traitement. Il faut donc expliquer et trouver, dans les mouvements de la vie quotidienne, les gestes à éviter. Le geste traumatisant pour les extenseurs du poignets et des doigts = la flexion du poignet « non contrôlée ».

Lorsque le patient souffre beaucoup il vaut donc mieux proposer une attelle qui évitera tout geste traumatisant. Celle-ci sera utilisé en permanence au début et, ensuite, dans des activités où le patient pourrait ne pas pouvoir contrôler son poignet lorsque celui-ci est entraîné vers la flexion.


Lorsque le patient se plaint moins (sortie de la période très inflammatoire), il faut l’inviter à se réapproprier la fonction des extenseurs du poignet.


Tout ceci pour éviter :

Résumé du traitement :

  • Comprendre le mécanisme lésionnel et passer les gestes de la vie quotidienne au crible.

  • Identifier le (ou les) siteS à traiter (exemple : 2 et 3)

  • Traiter de manière spécifique chaque site.

  • Renforcer les muscles en exentriques ( = traitement et prévention):


6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page