top of page
  • thpaque

Entorse de cheville

Dernière mise à jour : 23 oct. 2022




1.

L’entorse de la cheville est la première cause de consultation au monde au service des urgences et, bien souvent, ni la radio ni le plâtre ne sont nécessaires sauf dans certains cas exceptionnelles (entorse de chopart). Entorse n’est pas un diagnostic. Entorse veut dire « tordu ». Pour bien soigner une « entorse » du pied, il faut donc savoir quelle(s) structure(s) a (ont) été lésée (s). Le plus souvent (90% des cas), il s’agit d’une déchirure de la portion antérieure du ligament externe. En rouge sur l’illustration. D'autres ligament peuvent peuvent être atteint lors du même traumatisme (ligament calcaneo cuboidien, lig calcaneo fibulaire, l'ensemble des ligament de chopart, les fibulo talaire ainsi que les poulies des tendons fibulaire). le conflit postéro latéral de cheville est une cause fréquente de douleur chronique. Une infiltration aide bien souvent.


Quels traitements sont proposés pour aider au mieux la cheville à récupérer le plus vite possible?!


Le traitement précoce est simple : repos, glace (cold pack), compression, surélever la jambe.

Soit : RICE qui sont les initiales en anglais de REST (Repos), ICE (Glace), COMPRESSION (Compression) et ÉLÉVATION (Élévation), et aussi avec l’utilisation d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINES) ou analgésiques.

Ensuite : reprendre la marche qui est, en soi, un traitement…

Avec une bonne attelle type air cast





ou ceci


Une orthèse pour la reprise des sports à risque (foot, basket, volley…)



Traitement de kiné : massage transversal profond (et rien d’autre)


Ensuite : rééducation proprioceptive qu’on peut désormais faire chez soi avec quatre plaquettes.




2. Note supplémentaire


Depuis des années, le protocole " RICE " juste après une entorse a été la recommandation et reste valable.

Une nouvelle recommandation qui provient de la clinique du coureur (Québec) conseil une autre alternative.



Au tout début, on protège (P) la structure atteinte en prenant soin de réduire les stresseurs qui causent la douleur. On diminue ainsi la mise en charge exercée sur le membre blessé ou encore le mouvement du muscle atteint. L’élévation (E) de la jambe, à une hauteur plus élevée que le cœur, aide quant à elle à minimiser la stagnation des fluides distaux. Il importe aussi d’éviter la prise d’anti-inflammatoires (A) tels que l’Ibuprophen, le Voltaren et le Naproxen – en vente libre ou en prescription –, car ils ralentissement la vitesse de guérison tissulaire. Même l’application de glace pourrait être évitée. Un taping ou un bandage compressif (C) permettent enfin de diminuer l’enflure. Dans tous les cas, il est important d’éduquer (E) rapidement le patient sur la prudence dont il faut faire preuve par rapport à la surmédicalisation. On évite alors les traitements passifs répétés, les investigations coûteuses, inutiles et anxiogènes, ainsi que les molécules pharmacologiques non essentielles. Le PEACE rassemble des pratiques thérapeutiques à utiliser à court terme.

Le grade de l’entorse articulaire ou de la lésion musculaire déterminera en partie le temps nécessaire à la reprise des activités. Au cours de cette rémission, les pratiques thérapeutiques LOVE sont à adopter. Une mise en charge ou en tension progressive (L pour Load), suivie d’une reprise graduelle des activités habituelles, favorise la guérison en stimulant les tissus atteints. Il faut toutefois prendre soin d’éviter une intensification de la douleur et du gonflement par une bonne quantification du stress mécanique. Le cerveau joue aussi un rôle de premier plan dans la guérison. Encouragez un état d’esprit optimiste (O), car il influence directement la perception de la douleur, la vitesse de rétablissement et, donc, il diminue les risques de se retrouver aux prises avec une condition persistante. Dès le jour 3, une activité cardiovasculaire peut être recommencée afin de faciliter la vascularisation (V) du tissu atteint. Du cardio sans douleur, à raison d’un maximum de 2 fois par jour et de 20 minutes, est souvent suffisant. Finalement, optimiser les mécanismes de guérison signifie aussi qu’il faut en respecter le processus naturel, et par conséquent opter pour une approche active. On enseigne donc des exercices (E) de souplesse (pour gagner de l’amplitude), de renforcement (pour gagner de la force) et en déséquilibre (pour améliorer la proprioception) pour assurer un retour optimal à la normale. PEACE & LOVE!


3. Important à savoir


Toujours laisser suffisamment de temps au ligament pour bien cicatriser parfois jusque 3 mois.

Reprise d'une marche et mobilisation des articulations de la cheville dès que possible grâce aux attelles ( jamais de plâtres) pour éviter des syndesmoses (enraidissement).

Eviter des radios inutile avec les critères d'Ottawa.

Garder toujours en tête qu'ils peut y avoir de nombreuses complication sur des entorse mal soigné ou sur de première grosse entorse. Il n'y a pas que le ligament qui peut être touché.


4. critères d'Ottawa

Devant un traumatisme de la cheville, ne demander des radiographies que seulement si:

- l'âge est inférieur à 16 ans et supérieur à 55 ans.

- impossibilité d’effectuer 4 pas de suite lors de la survenue du traumatisme ou lors de l’examen clinique.

- douleur exquise à la palpation sur 6 cm du bord postérieur des 2 malléoles.

- douleur exquise à la palpation de la base du 5ème métatarsien sur le bord latéral du pied.

- douleur exquise à la palpation du naviculaire sur le bord médial du pied. - douleur exquise à la palpation de la partie supérieure de la fibula.


5. Séquelles


Au nombre de trois:

douleur

limitation

laxité


Douleur:

* Fracture de l'apophyse externe de l'Astragale qui peut donner une pseudarthrose

* Les conflits de cheville au nombre de quatre: synovite chronique hypertrophique (fibrose capsulaire, synovite, calcification)



*Syndrome d'impigment antérieur du col du talus sur la marge Tibiale antérieure

*Ossifications péri articulaires internes ou externes d'impaction sur l'Astragale.

*Lésions ostéo-chondrales du dôme talaire supéro externe++

*Luxation des tendons péronéaux latéraux

*Syndrome fissuraire des TP latéraux

*Syndrome du sinus du tarse

* arthrose suite à des laxité chronique

* ostéonécrose interne

* kyste muqueux intra osseux interne (lésion chondrale)


Limitation:

* raideur par fibrose, calcification de la capsule, perte de glissement.


Laxité:

ligament latéral de cheville suivant le faisceaux , la sous astragalienne et l'articulation périnéo tibiale inferieur.


6. Conclusion


- la meilleure prévention des séquelles d'entorse est d'abord de faire un bon diagnostic clinique avec l'aide éventuelle d'une imagerie adaptée et de ne pas oublier de bien évaluer le degré de sévérité de l'entorse, le juste traitement de la lésion primaire en dépend+++.

- les douleurs d'appui sont prévenues par le béquillage avec 2 cannes anglaises+++

- l'oedème nécessite de bien drainer, de positionner en déclive la nuit sinon il y a risque d'évolution vers l'algodystrophie

- la raideur est prévenue par la mobilisation précoce, le béquillage, les attelles.

21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page